mercredi 30 octobre 2013

celle qui savait les choses à moitié

Je me suis fait cette réflexion l'autre soir en fumant ma dernière cigarette du soir dans le jardin sous la tonnelle à l'abri de la pluie. Je regardais le ciel rouge, incandescent, magnifique. Un dialogue intérieur s'est installé dans mon esprit.

"Ciel rouge le soir prépare ton arrosoir"... non c'est pas ça, c'est "ciel rouge le soir range ton arrosoir". Mince c'est quoi déjà la formule? ciel rouge le soir oui! arrosoir oui! ça rime, c'est ça! mais c'est... range ou prépare...c'est malin t'es pas foutue de retenir un proverbe en entier. Tu sais les choses qu'à moitié"

J'ai des monologues passionnants, à valeur hautement philosopho-societal. Je pourrais m'interroger sur le problème de l'identité française, mais non, moi ce qui m'intéresse c'est de savoir si un ciel rouge le soir annonce de la pluie le lendemain ou un grand soleil. Parce que c'est primordial comme info de savoir si demain t'arroses tes tomates ou pas, surtout quand on est le 27 octobre, qu'à priori les tomates c'est plus la saison et que toi des tomates dans ton jardin tu ne risques pas de devoir les arroser, vu que t'en as pas planté, des tomates, au printemps dernier.

Oui mais c'est range ton arrosoir ou pas? c'est comme le croissant de lune, tu sais qu'en dessinant une barre accolée au demi cercle blanc de la lune tu peux faire un p ou un d et savoir ainsi si c'est le premier ou dernier croissant de lune, mais après ? ça veut dire quoi? que c'est la pleine lune qui s'annonce ou pas? 




j'ai envie de dire te dire, on s'en fiche! Oui mais non! parce que l'arrosoir, le croissant de lune, tout ça tout ça , c'est ton grand père qui te les a racontées et que ça s'appelle l'héritage.
 Tout comme, les "tourloutoutou chapeau pointou" qu'il faisait dire aux anglais, prisonniers de guerre comme lui, sa façon de découper les gâteaux d'anniversaire en parts (hum hum) égales parce que c'est lui qui était chargé de partager le tabac dans le camp, tous ses "vincent mit l'âne dans le pré ça fait combien de pattes et d'oreilles?" et tes réponse d'enfant "bin, 4 fois vingt cent mille Grand Père" qui le faisaient rire aux éclats sans que tu comprennes pourquoi, tous ces "where is my knife" qu'il proclamait d'une voix forte, chaque soir, installé à sa place de chef de famille en bout de table... Tout ça, ce sont des petits bout de mémoire, des sourires que tu échanges avec lui.
Pourtant c'était pas forcément un drôle ton grand père. C'était un mossieur. Né le 4/5/6! t'as toujours trouvé ça extraordinaire comme date de naissance, 4 5 6. Ancien combattant, résistant, c'était l'instituteur du village, le secrétaire de mairie, le directeur de l'école des garçons. Il avait des principes, on ne plaisantait pas avec l'école laïque de Jules Ferry, fièrement anticlérical. L'école libre? un ramassis de grenouilles de bénitier. Fier de son métier et sans doute bon instituteur, il avait emmené  nombre de "bons gars" au certificat d'études et les avaient souvent placés, ensuite, dans des études de notaire. IL y a aujourd'hui quelques notaires honoraires qui lui doivent leur carrière.
 Mais, il était aussi engoncé dans le qu'en dira t'on, ne pas faire de vagues, rester dans la norme... dur avec ses enfants, les études c'est le seule chose qui compte.
Mais toi, sa petit fille, une fois passée l'éternelle question: " tu as eu de bonnes notes aujourd'hui à l'école?" tu avais devant toi un vieux monsieur, assis sur un minuscule tabouret, dans son jardin.  Il t'observait du coin de l’œil  te laissait courir avec ta sœur entre les plates bandes de son cher potager, grappiller toutes les groseilles et les tomates. Et tout à coup agacé, criait en direction de la cuisine : " Marguerite! il est prêt ton gâteau pour les filles? j'ai du travail au jardin, moi."
 Trop tard Grand père! J'ai deviné derrière tes airs bourrus tout l'amour d'un grand père pour ses petites filles.
Et si je n'ai  retenu que la moitié de tes histoires, peu importe, l'essentiel c'est qu'un ciel rouge un soir me ramène encore vers toi. 

24 commentaires:

  1. whaaaa ça m'a foutu les larmes aux yeux, tu m'a rappellé mes grand pères... vilaine fille ;)

    RépondreSupprimer
  2. Très, très, très émouvant. Je m'apprêtais encore une fois à bien me marrer mais là... tu m'as bien eu ! c'est pas de rire que j'ai pleuré !
    P.S : le premier quartier vient avant la pleine lune et le ciel rouge... chez moi c'est la pluie et le vent donc ranger l'arrosoir conviendrait mieux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ah bah voilà! sauf que du coup j'ai fait gaffe le lendemain, j'ai guetté le ciel pour enfin savoir, et...il a fait beau, donc j'aurais tendance à dire " prépare.." mais je vais googueliser ça ! on aura le fin de l'histoire

      Supprimer
    2. trouvé!!! "Et comme on dit chez nous : "Ciel rouge le soir, préparez vos arrosoirs, ciel rouge le matin, pluie en chemin " "je suis toute contente. faut juste que j'arrive à le retenir maintenant!

      Supprimer
  3. Réponses
    1. axelle y' a pas ton lien blog sur ton profil googleu

      Supprimer
  4. <3 <3 voilà, c'est malin... j'ai la larme à l'oeil et je pense à mon bon papa maintenant...

    RépondreSupprimer
  5. @ Unicks, Cari, Meghan, Neurones en éventail, Axelle, Anna et Fedora c'était pas fait pour pleurer les cocottes! c'est de la nostalgie gaie.:) mais j'avoue je me suis fait avoir aussi en le relisant ;)

    RépondreSupprimer
  6. Tres touchant, j'aime lire ce genre de texte et d'émotion.

    RépondreSupprimer
  7. Décidément, tu as l'art du retournement narratif ! On croit aller dans un sens et pim, tu nous promènes sur un autre terrain encore plus joli. Vincent mit l'âne, qu'est-ce que j'ai pu l'entendre aussi ... :)

    RépondreSupprimer
  8. ton histoire m'a fait penser à Pagnol... ton grand-père à son père...
    très beau texte!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. moi aussi j'y pense. le père de Pagnol c'est la génération précédant celle de mon grand père. Pagnol c'est + sa génération. Né en 1906 tu te rends compte. Il a du être être instituteur vers 1930 ( avant même) à cette époque ça représentait quelque chose. Ils avaient un statut particulier tout comme le maire, le curé, le médecin...et ma grand mère aussi était institutrice, directrice de l'école publique des filles ;)

      Supprimer
    2. c'était des fonctions importantes. J'ai une amie ici, ses parents étaient directeurs d'école... la rue où ils habitent (une grande partie de la famille) portent maintenant leur nom. tu te rends compte! ;)

      Supprimer
  9. J'avais cru commenter, mais.... J'm'étais plantée! Je disais donc, touchée!

    RépondreSupprimer
  10. Et je confirme, faut que je plisse les yeux pour réécrire les codes! T'as dit que ça s'appelait comment????? Hein?????? Et si ça existe, j'ai pas trouvé où cocher pour les autres commentaires! Chez moi non plus d'ailleurs.....
    Faudrait qu'on fasse un bilan avantages et inconvénients des différentes plateformes.....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. et merde! captcha! mais c'est nouveau ou vous avez toujours eu ça sur mon blog? la fille qui ne veut pas y croire

      Supprimer
    2. hé vous exagerez même moi je l'ai "m'informer" en bas à droite sur le formulaire

      Supprimer
  11. Le ciel est rouge, il y aura du vent demain ! voilà ce qu'on dit chez nous en normandie ! Et si le soleil a des "tirants" c'est de la pluie pour le lendemain !

    Ma date de naissance elle n'est pas mal non plus : 1/9/69

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. mon grand père était presque normand, Mayennais du nord, mais ma grand mère elle oui! viking! normande! (Valognes) le truc de l'arrosoir je l'ai retrouvé sur le net: "ciel rouge le soir prépare ton arrosoir". en même temps le vent ça chasse les nuages et ça dessèche la terre... malin tout ça, c'est logique, du bon sens paysan ;)
      hum pas mal le 1.9.69 , mon fils aîné est du 10/11/92 j'aime bien aussi

      Supprimer

un petit mot? Noubliez pas de cocher M'informer pour recevoir les réponses à vos commentaires.